Ce qu'il faut savoir

avant de partir

pour Compostelle

Info n°1- Jamais sans ma crédenciale

Au Moyen-Âge, les évêques délivraient aux pèlerins une attestation qui leur permettait de voyager...                

 

Ce document leur servait de "laisser- passer" sur les chemins car à cette époque les contrôles étaient fréquents pour les piétons. Cela leur permettait d’être exonérés de certaines taxes de passage et de trouver plus facilement l'hospitalité dans les gîtes.

 

Aujourd'hui c’est toujours une carte d’accréditation, que l’on nomme aussi « carnet du pèlerin », sur laquelle les responsables d'hébergement, des offices de tourisme, des mairies, églises, commerces ou mêmes les gendarmeries peuvent apposer un tampon attestant de votre passage aux différentes étapes. A l’arrivée le pèlerin pourra grâce à ce document justifier de tout le chemin parcouru et ainsi obtenir à Saint Jacques de Compostelle son diplôme de pèlerin, la fameuse « Compostela ».

 

En raison du nombre limité de cases (généralement une quarantaine seulement), il est souvent nécessaire, pour les pèlerins au long cours, de racheter une crédenciale en chemin. Sinon, vous pouvez toujours agrafer une feuille volante pour prévoir les cachets supplémentaires… L'essentiel est de toujours conserver la crédenciale d'origine sur soi, car elle est parfois demandée pour accéder à certains hébergements.

 

En France et surtout en Espagne elle est souvent obligatoire pour accéder aux auberges municipales ou associatives car beaucoup moins chères que les auberges privées. Vous pourrez vous la procurez pour 5 à 10 euros sur internet ou auprès des nombreuses associations jacquaires françaises ou encore auprès de certains diocèses.

 

La créanciale est un document analogue à la crédenciale, à la différence qu'elle est délivrée par un représentant de l'Eglise après une entrevue, mais il n'est pas nécessaire d'être chrétien pour la demander.

Vous l'avez compris avant de préparer votre sac à dos, il faut tout d'abord obtenir le fameux sésame.
 

Info n°2- Jamais sans mon Miam Miam Dodo

Devenu une institution pour de nombreux pèlerins (utilisé par plus d'un randonneur sur deux), ce guide existe sur le chemin du Puy depuis 1997, sur la section espagnole de puis 2004, sur le chemin d'Arles depuis 2006 et sur le chemin Stevenson / chemin de Saint-Gilles depuis 2009.

C'est grâce au Miam Miam Dodo, véritable bible du pèlerin, que j'ai compris que mon rêve de partir un jour sur les chemins de Compostelle pouvait rapidement devenir une réalité. En 2013, j'ai réalisé que me lancer à l'aventure était désormais possible et à la portée de tous.

Plus qu'un topo-guide, il m'a été très utile pour préparer mes étapes en fonction de mes choix, de mes exigences de confort, de mon budget, mais surtout grâce aux différents niveaux de difficulté et courbes d'altitude indiquées sur chaque carte.

Vous trouverez une description très complète sur mon blog en cliquant sur le lien suivant :

https://www.compostelle-autrement.com/post/miam-miam-dodo-quesaco

Info n°3- attention à ces petites bêtes

Déjà entendu parler de punaises de lit?

Elles sont de plus en plus nombreuses. Dans le monde entier, les cas d’infestation signalés sont en hausse : dans le métro de New-York, dans les hôtels à Paris (1/3 sont concernés), dans les restaurants, bibliothèques, trains, cinémas… Ces hôtes indésirables voyagent dans nos bagages et vêtements, se nourrissent de notre sang pendant que nous dormons et s’implantent à la vitesse de l’éclair ou dans nos sacs de randonnées, vêtements, si bien que nous sommes rapidement confrontés à une infestation de punaises de lits chez soi et que cela peut vite devenir un vrai calvaire...

Si vous êtes un adepte des gîtes d'étape à la montagne ou sur le chemin de Compostelle, vous pourriez un jour en croiser !!! Tapez par curiosité "piqure de punaises de lit" sur google et cliquez sur les images correspondantes, vous prendrez alors au sérieux les informations ci-dessus...

L'aventure oui, mais si possible sans punaise de lit …:-)

Comme moi en avez-vous déjà trouvée sur votre chemin ?

Info n°4- Donativo ? Quésaco ?

Selon une tradition d’hospitalité propre à l’esprit des pèlerinages, des familles d’accueil peuvent vous héberger et vous proposer le repas en échange d’une libre participation financière.

 

Cet accueil est appelé « donativo ». Il peut se faire dans des gîtes, des chambres d’hôtes.

 

Les donativos constituent une sorte de rappel historique de ce que doit être au fond selon moi l’esprit du Chemin de Compostelle. Lorsque les premiers pèlerins se mirent en route, ils allaient frapper aux portes afin de trouver une famille qui voulait bien offrir l'hospitalité pour la nuit. A l’époque cela ne se faisait pas gratuitement, mais il n’était pas question d’argent pour autant : c’était un échange de bons et loyaux services.

 

Aujourd'hui, il s’agit pour chaque pèlerin de s’acquitter à l’issue de son séjour de ce qui est à leurs yeux un prix raisonnable au regard de leur budget. Marcher plus d'un mois sur le chemin de Saint Jacques peut vite devenir une aventure très coûteuse si l'on ne fait pas attention aux dépenses quotidiennes.

 

Le Donativo est donc une solution économiquement intéressante mais c'est aussi un principe de charité et de solidarité. Il est donc normal que l’on trouve cette pratique du Donativo dans les accueils chrétiens, dans les églises, couvents et monastères. Les municipalités en France proposent des gîtes (albergues en Espagne) à des prix aussi très accessibles.
 

Je vous prépare de nouvelles informations et conseils très prochainement. En attendant, vous pouvez cliquer ci-dessous sur la sélection de 9 films inspirants à voir avant de partir pour Compostelle. 

Plus de vidéos sur le compte You Tube "sur le chemin de Lionel de Compostelle"